montage_fantassin.jpg
C215, Eugène Burnand

Paris, France

C215 & ADO

  • #Drawing
  • #Street-art

Dans le cadre de son exposition “100 ans après…”, l’artiste urbain français Christian Guémy, alias C215, revisite vingt portraits du peintre suisse Eugène Burnand au profit de l'ADO. Souhaitant s’impliquer pour le centenaire de la Première Guerre mondiale, tout en venant en aide aux familles de militaires, les créations du street artiste seront vendues fin juin en faveur de l’Association pour le Développement des Oeuvres d’entraide (ADO).

« Je voulais faire quelque chose sur le centenaire et je voulais faire un lien avec les orphelins ou les soldats tombés au Mali. »
montage_spahi.jpg
C215, Eugène Burnand

Une immersion dans le passé qui résonne encore aujourd’hui

Entre 1917 et 1921, Eugène Burnand dessine plus de cent portraits d’hommes et de femmes, acteurs de la Première Guerre mondiale, qu’il rencontre à Marseille ou Montpellier alors qu’ils rentrent du front. Les visages des fantassins français se mêlent à ceux d’un tirailleur sénégalais, d’une infirmière ou d’un spahi algérien, l’artiste souhaitant rendre hommage à tous les soldats, peu importe leurs origines.

C’est avec autant d’engagement que C215 choisi de réinterpréter - un siècle plus tard - ces portraits découverts lors de sa rencontre avec le comité d’organisation du centenaire. Tombé immédiatement sous le charme du travail du Burnand, il sélectionne alors 20 portraits à revisiter.

Contrairement à Eugène Burnand qui avait choisi de travailler au pastel, C215 s’arme, comme à son habitude, de sa bombe et de ses pochoirs. Les deux visions complémentaires des artistes créent ainsi un parallèle saisissant entre deux époques, pas si différentes l’une de l’autre.

« J'ai une formation d'historien à la base, je suis sensible à l'engagement parce que ça a trait à la lutte contre l'obscurantisme et la défense de valeurs républicaines. »
montage_soldat.jpg
C215, Eugène Burnand

Un geste de mémoire et de solidarité

L’exposition a débuté à Paris le 6 novembre dernier et se poursuit jusqu’au 31 janvier 2019 simultanément dans deux lieux phares de la mémoire de la Première Guerre Mondiale. Les portraits, sous forme de photographie, sont exposés dans les douves de l’Hôtel des Invalides, pendant que les pochoirs originaux et les objets de la vie quotidienne des poilus (bidons de soldats et étuis de revolvers d’officiers) peints par C215 sont à admirer au musée de la Légion d’honneur avec les esquisses de Burnand.

Au printemps, les tableaux de C215 feront l’objet d’une vente dont les bénéfices reviendront à l’Association pour le Développement des Oeuvres d’entraide. L’association a pour but d’aider financièrement les veuves et les orphelins de militaires, les soldats âgés, handicapés ou en difficulté.

« Étant moi même devenu orphelin assez jeune, j'avais envie de contribuer à quelque chose que je comprends. »

C215

Christian Guémy, alias C215, est né en 1973 à Bondy (93). Orphelin à l’âge de 6 ans, il est élevé par ses grands-parents…

ADO

Fondée pendant la Seconde Guerre mondiale en 1939, l’ADO, Association pour le Développement des Oeuvres d’entraide dans l’armée,…